Comme indiqué dans mon post d'hier, je suis ravie d'avoir repris le travail hier suis déjà à fond les ballons dans mes dossiers.

Aujourd'hui, jour de grande forme et de motivation débordante, j'ai fait une lecture attentive du dernier "60 millions de consommateurs" que nous recevons chaque mois au bureau, et j'ai donc décidé de te faire part, fidèle lecteur, en cette période de baisse de pouvoir d'achat, des conclusions qui s'imposent:

1) Les médocs: maintenant, certains sont en vente libre dans les pharmacie, mais attention, c'est encore une conspiration de la grande méchante industrie pharmaceutique pour te taper ton pognon, durement gagné à coup d'heures supplémentaires. Il vaut mieux te soigner à l'ancienne et demander ce qu'il te faut au mec en blouse derrière le comptoir. Par exemple, si t'as mal à la tête, demande de l'Advil mais ne prends pas, malheureux, le Nurofen sur l'étagère, c'est pareil, sauf que c'est  2 fois plus cher. Si  tu rotes des trucs acides, demande du  Gaviscon, et évite le Gavisconnelle, 5 fois plus cher. Idem si  t'as la chiasse, rien de tel qu'un bon vieil immodium des familles, sauf si tu kiffes ton pharmacien auquel cas tu n'as peut être pas particulièrement envie qu'il sache que tu fais caca mou auquel cas tu payes ta boite d'Imosel 2,5 fois plus cher certes, mais c'est plus discret.

2) Le pinard pas cher du supermarché: pour les fins de mois difficiles, n'hésitez pas à me faire un petit mail, j'ai une liste de vins à moins de 4 euros et pas trop dégueu d'après le panel.

3) Les produits ménagers  (plus précisément, les pchits pour la cuisine - à ne pas confondre avec le pchit qu'on fume): Attention, le Cilit Bang, c'est pas si bien que le prétend la Ginette de la pub, et non! Il faut prendre du Leclerc à la Javel, ou du Super croix, voire du Cif. En revanche, l'Ajax et le Carolin, c'est de la daube.

Sur ce, et après cette dure journée de labeur, je m'en vais retrouver mon foyer et prendre du repos bien mérité.