Il y a un mec avec qui je bosse et que, globalement, j’aime bien. Il a un peu moins de cinquante ans, quatre enfants et il est plutôt cool, ouvert, pas le genre de mec coincé qui se la raconte dans son costard de cadre à te parler de chiffres toutes la journée. Non, lui est un type sympa, avec qui on peut parler de tout, très humain, pas carriériste pour un sous mais qui fait son taf correctement, pas genre syndicaliste non plus mais qui a toujours privilégié sa vie perso à sa vie pro.

Bon là tu es en train de te demander pourquoi donc je parle de ce mec si je n’ai rien à dire si ce n’est qu’il est plutôt sympa.

Et ben le problème, c’est que malgré toutes ses qualités, il a un truc qui fait que je le supporte de moins en moins, et qu’en cette période de rentrée, je me suis aperçue que le plaisir de le revoir n’a durer que quelques minutes, et que presqu’immédiatement après nos premiers échanges je me suis dit « mais quel pauv’type ».

Ce mec, en fait, est la personne la plus routinière du monde. C’est juste impossible de l’être plus que lui. Même les vieux, même ceux qui ont des tocs, ont forcément plus d’originalité que lui dans leur vie. En fait, ce mec est une routine à lui tout seul.

Je te donne donc sa journée type (non pas type en fait, sa journée de tous les jours) , pour que tu te rendes quand même bien compte de la situation.  Le programme ne change jamais, quelque soit la saison, la météo, s’il a niqué la veille ou non, la charge de travail, qu’il soit constipé, enrhumé, ou quoi que soit d’autre. Depuis que le connais, et ça fait plusieurs années, c’est tous les jours comme ça :

-          Arrivée au bureau à 8h05

-          Parking de la voiture sur la même place, en marche arrière

-          Allumage du PC

-          Café(afin de ne pas perturber ses habitudes, il à une machine dans son bureau, parce qu’on ne sait jamais hein, d’ici qu’il croise quelqu’un dans le couloir qui engagerait une conversation, , ça risque de tout chambouler la suite de sa journée)

-          Ecouter un truc (Canteloup je crois) en loosder à la radio avec son casque

-          Café

-          9h 00 : pause cigarette

-          9h10 – 10h Travail

-          Café

-          10h : pause cigarette

-          Il dit qu’il a déjà faim

-          10h10 – 11h Travail

-          Café

-          11h pause cigarette (il en fume deux d’affilée)

-          11h10 – 11h43 :  travail

-          11h45 : quitte le bureau pour aller chercher son repas au supermarché du coin, toujours le même of course, alors qu’il y en a au moins 4 ou 5 dans un rayon de 3 kilomètres. Il se gare bien sûr au même endroit sur le parking, fume une clope entre sa voiture et l’entrée du magasin.

-          Achète son déjeuner  - attention là il y a une  variante :

Les jours pairs c’est carottes râpées, tomates, riettes de poulet et pain

Les jours impairs: céleri ,concombre, vache qui rit et pain.

-          12h30 retour au bureau, il reprend sa place habituelle

-          mange dans son bureau

-          café

-          13h pause cigarette (il en fume deux d’affilée)

-          13h – 14h : regarde u tube ou d’autres trucs perso sur le net

-          café

-          14h pause cigarette (il en fume deux d’affilée)

-          14h10 – 15h travail

-          Déca

-          15h : 11h pause cigarette (il en fume deux d’affilée)

-          Il demande qui est le connard qui s’est garé si près de sa voiture

-          15h10-16h : travail

-          Deca

-          16h :  pause cigarette (il en fume deux d’affilée)

-          16h10-17h : travail

-          Deca

-          17h40 : pause cigarette (mais là, il n’en fume qu’une)

-          17h45- 17h55 travail

-          17h55 : Il rentre chez lui

Et c’est comme ça tous les jours, à la minute près. C’est choquant, non ? Avant, il était encore possible, si on le prévenait bien à l’avance de déjeuner avec lui dans un des restos du coin. Maintenant  il prétexte qu’il a des course à faire pour ne pas venir.  Un jour, je lui ai demandé pourquoi il ne prenait pas pour changer un sandwich (truc de dingue), des sushi, une pizza, une salade à autre chose, pour changer quoi. Il a botté en touche.

Alors bon, c’est sa vie tu me diras, sauf que moi je fume aussi, et je ne supporte plus de le voir arriver tous les jours dans mon bureau à 9h, 10h, 11h, 14h, 15h , 16h, 17h etc. pour me demander si je veux venir fumer avec lui (genre : tu fais bien de me prévenir, j’aurais jamais pensé que t’irais t’en griller une à cette heure ci), je ne supporte pas plus de l’entendre dire « ta gueule » chaque fois qu’une pie fais un bruit de pie dans l’arbre à. Je ne supporte plus ces sujets de conversations qui sont toujours les mêmes (la télé, le chef principalement) si c’est lui qui en est à l’initiative. A son contact, je deviens forcément prise dans sa propre routine et ça me déprime. Sauf que d’une part on bosse ensemble, et que d’autre part c’est quelqu’un de vraiment sympa avec des supers côtés, donc je n’ai pas envie de ne plus jamais le voir, ou de le mettre dans la case des gens que je n’aime pas parce que au fond je l’aime bien.

Bon sur ce je vouas laisse, je vais aller fumer une clope maintenant pour éviter celle de 10h.