Short

Hier, j’a décidé que demain, j’allais faire un truc de ouf. Un truc vraiment dingue, que je n’ai jusqu’à maintenant jamais osé faire en dehors de chez moi, et encore même chez moi, il fallait que toutes les conditions physiques, mentales, météorologiques , d’humeur, de pilosité etc . soient bien toutes réunies parce que sinon, et ben y a juste pas moyen.

Alors voilà, tu es prévenu, demain, vendredi 6 août, entre de 12h30 et 12h45, je vais………………….attention suspens……………………je me demande bien à quoi tu peux penser mais je suis sûre que ce n’est pas ça………… demain………………………… je vais…………………………..ro la la c’est trop guedin…………………..demain je vais mettre un short pour mon cours de step ! C’est vraiment barge comme truc à faire. Si si, je t’ assure, et je vais t’ expliquer pourquoi.

Mais d’abord, un petit catch up s’impose. Entre mon dernier post parlant de mes cours de fitness comme on dit, et aujourd’hui, il s’est écoulé plus de deux ans. Et qu’est ce qu’il s’est passé pendant ces deux ans et demi niveau fitness ? Et bien pas grand-chose. Pas grand-chose du tout même, du genre pendant plus d’un an j’ai tout arrêté, j’ai bouffé comme un goret et j’ai pris 10 kilos. Et 10 kilos de gras… bien gras. Bref, je suis devenue grosse, pendant une bonne année, voire limite très grosse tout l’hivers dernier (oh ça va, pas obese non plus, mais pour te donner une idée, tu prends une fille pas mal (attention, je n’ai pas dit grave gaulée non plus , juste normale, type 36-38 selon les fringues, assez musclée, avec des formes mais sans bourrelets, tu vois le genre) et là, tu lui ajoutes 10 kilos de gras un peu partout, mais surtout sur les hanches, les cuisses et les fesses. Tu laisses le tout ramollir pendant plusieurs mois et voila, ça donnait ça.

Alors je ne sais pas pourquoi j’ai attendu le 10ème kilo pour me dire que là, ça commençait à craindre sa race et qu’il fallait vraiment faire un truc. Non, je ne sais pas pourquoi, j’aurais pu réagir au bout du deuxième ou troisième kilo mais non, moi quand je fais les choses, je les fait à fond, devenir grosse inclu.

Bref, au mois de mars (comme par hasard), je me suis dit qu’il était temps de se sortir les doigts du (gros) cul, donc régime sec (sauf pour l’alcool, faut pas déconner non plus) et j’ai repris mon abonnement au club à pétasses. Résultat, j’ai tout reperdu, ou presque, je suis remusclée bien contente. (Je me dis aussi que c’était quand même pas mal d’efforts et si je pouvais éviter de refaire le coup chaque année, ce serait mieux, mais ça c’est pas gagner. Affaire à suivre donc.)

Bon, maintenant que je  t’ai replanté le décor, j’en reviens donc à mes moutons, ou plutôt à mon truc de fou, c'est-à-dire à mon short.

Tout d’abord, entendons nous bien quant à la définition du short. Je ne parle pas d’un bermuda ou d’un cycliste ou de tout type de vêtement qui correspondrait à un pantalon raccourci. Non je parle du short court, très court, c'est-à-dire qui s’arrête au niveau du pli des fesses. Et près du corps (mais pas moulant sinon ce n’est pas un short mais un shorty et ça c’est encore une autre affaire).

Donc, on a bien l’image du short en tête, et si vraiment tu ne vois pas de quoi je parle parce que tu habites sur un autre planète ou les shorts n’existent pas, ou sont interdits, j’ai mis une photo pour illustrer ce dont quoi on cause.

Alors, j’en viens au fait et t’ expose ma théorie sur le port du short. Selon moi, li y a  4 catégories de porteuses de short (au sport, j’insiste car ma théorie est un peu différente pour les shorts « de villes »

La catégorie N°1 des filles qui portent des shorts au sport

La meuf grave bien gaulée, qui le sait, et qui met un short parce que franchement elle peut se le permettre. En général, en plus d’être bien gaulée, elle est souvent super bronzée, sans marques, avec des beaux cheveux long qu’elle n’attache même pas pendant le cours parce que de toute façon, elle ne transpire pas donc elle ne risque pas d s’abimer le brushing en faisant des pompes.

Bon alors elle, tu as bien compris qu’a part être hyper agaçante, il n’y a pas grand-chose à dire parce que franchement tu aurais le même corps qu’elle, toi aussi tu mettrais des shorts, et même que tu en mettrais tous les jours. Ce serait ton seul vêtement, tu passerais ta vie en short (oui ou i, même en hivers). Enfin moi je ferais ça, c’est sûr.

La catégorie N°2 des filles qui portent des shorts au sport

Alors là , c’est la meuf qui ne ressemble pas à grand-chose : elle n’est pas spécialement grosse (les grosses ne mettent pas de short de toute façon) mais pas spécialement bien foutue non plus. Elle à l’air sympa mais sans plus, on se demande un peu ce qu’elle fou là. C’est un peu une passe partout. Elle a mis son short parce que on lui a toujours expliqué que quand on faisait du sport, on avait chaud et que quand on avait chaud, il valait mieux porter des vêtements légers. Du coup elle met un short, mais comme ça, sans vraiment y avoir réfléchi. Bon alors elle on s’en fou. On a juste envie de lui dire qu’elle aussi a droit au bas de survet’.

La catégorie N°3 des filles qui portent des shorts au sport

Les vieilles. Les vieilles toutes décolorées, toutes refaites, qui viennent en short jaune ou rose fluo, avec la brassières assortie. Elles, elles sont juste restée bloquées dans les années 80, elles sont donc parfaitement ridicules.

La catégorie N°1 des filles qui portent des shorts au sport

La fille mignonne, qui ne se la raconte pas, qui a un physique agréable et qui vient faire son sport. Et puisqu’elle est bien dans sa peau et qu’elle n’a pas a avoir honte de ses cuissots, et ben elle met un short (mais parfois, pas systématiquement. Souvent elle met un bas de survet’, mais il y certains jours ou elle met un short).

Là on se dit, elle a l’air cool la fille en short, en plus elle est sportive ça se voit. Jusqu’au moment ou tu te retrouves juste derrière elle pour un exercice, de fentes par exemple, et là tu te rends comptes que quand elle se baisse, sa fesse passe par-dessous le bas du short en formant un bourrelle tout remplie de cellulite capitonnée, et qu’en fait, et ben ça va pas du tout. Le mythe tombe, tu te sens trompée sur la marchandise (mais en même temps t’es trop contente , elle aussi elle a de la cellulite gnarf gnarf gnarf !!! , mais surtout tu te dis qu’elle aussi aurait mieux fait de mettre son survet’.

Donc, étant donné que je n’ai jamais voulu faire partie de l’une de ces catégories, je n’ai jamais mis de short, comme ça c’était plus simple (ma grande peur étant, tu l’auras compris, de me faire cataloguer catégories 4 directe (pour les 3 et 4, je ne rentre pas dans les critères, merci. Pour la catégorie 1, no comment)

Mais hier, je me suis dis qu’en ce moment c’était les vacances, la salle de sport est donc plutôt désertée, ce qui signifie qu’il ne devrait pas y avoir d’autres personnes à moins de 3 mètres au cours d e step de vendredi, et qu’au step, comme on reste à la verticale, il n’y a aucune chance pour qu’un quelconque morceau de moi même descende en deçà de la ligne fatidique. J’ai quand même fait quelques essais pour vérifier ma théorie en face de mon miroir, et franchement, c’est impeccable.

Donc, normalement, si tout se passe comme prévue, demain, moi la potentielle fille de la catégories 4, va esbroufer tout les monde et passer directe en catégorie 1. La classe.

C’est dingue !

Bon le post d’aujourd’hui était un peu long mais le sujet en valait bien la chandelle je trouve.

Sur ce, see ya.